Joël Brunet : "Un monde sous nos yeux"

Nous vivons dans un monde en pleine évolution, nos paysages sont transformés et soumis à une pression où seul le profit compte, et c'est la nature qui en paye le prix fort. Les haies, les vieux arbres, les prairies disparaissent et entraînent avec eux la disparition de nombreuses espèces comme les oiseaux, les fleurs, les insectes etc... Dans trop d’endroits, les biotopes sont détruits au profit d’une agriculture intensive.

Beaucoup d’animaux sauvages sont à tort, chassés, déterrés, piégés, braconnés, à outrance.  Nous sommes beaucoup en France à lutter contre ça et nos images doivent servir dans ce combat pour la vie.

J’aime cette nature de proximité, la nôtre, celle qui est sur le pas de notre porte, proche de nos villages. Je continue à croire qu’il faut la montrer pour la faire connaître et la faire aimer …

J’aimerais que cette exposition et cet ouvrage soient un témoignage, afin que les régions comme le Bugey restent ce qu’elles sont. Que l’on prenne conscience de la chance que nous avons de vivre ici, et comme je l’ai fait, que vous puissiez transmettre à vos enfants l’amour de la nature, de votre nature.

http://www.joëlbrunet.com/   

Olivier Jouaud: "Au pays des Elfes"

Il est entré dans le monde de la photographie un peu par hasard en voulant capter l’attitude des toutes petites crevettes d’eau douce de son aquarium. L’attirance de la macro ne s’est alors jamais démentie.
Enrichi de ses expériences passées qui lui ont permises de découvrir les multiples facettes du travail de photographe, Olivier est définitivement tombé amoureux du monde du tout petit depuis 2016.
Depuis il s'épanouit dans un travail plus artistique et dans des univers oniriques, voir féeriques, où il crée des ambiances colorées très personnelles tout en composant ses images avec une réflexion et

un oeil proche de la peinture.

https://www.naskaphotographie.fr/

Claudine et Denis Lionet: "Clowns du Nord"

La fin de l’hiver approche en Laponie, les macareux regagnent leur zone de nidification sur les côtes de la péninsule du Varanger face à la mer de Barents à l’extrême nord de la Norvège. Ils arrivent de plus en plut tôt chaque année à cause du réchauffement climatique, mais la neige encore très présente dans cette région isolée, un peu le bout du monde et les tempêtes fréquentes les retardent pour la préparation des nids. Ils se rassemblent dans la neige en attendant ...

Leur apparence maladroite et leur bec orange vif les ont rendus célèbres et valu le surnom de « clowns de mer ». Mais l’oiseau est querelleur et il y a parfois quelques bagarres ...

http://ennedi.fr/

Maxime Daviron: "Terres perdues"

La montagne... Il émane une réelle puissance de ces lieux. De vaporeux sentiments s'entremêlent,
fascination, angoisse, humilité... Une étrangeté omniprésente éveille en vous des émotions instinctives enfouies, votre esprit est ramené au stade primitif d'une sorte de contemplation craintive. Des forces brutes semblent habiter ces immensités.
Maxime erre en ces monts perdus en quête d’atmosphères sombres, d’instants oniriques hors du temps, surréalistes. Le concept des Terres Perdues est basé sur ces sentiments. Ce sont des visions éphémères d'immensités sauvages, de lumières oubliées. Le soleil est absent, le silence est maître.
La démarche de la série est avant tout artistique, elle tente de retranscrire les atmosphères particulières de la montagne tout en incorporant diverses inspirations et influences. Elle intègre également une forme de sensibilisation implicite à notre impact environnemental, excluant volontairement toute trace humaine pour évoquer une époque antérieure à l'anthropocène, un ailleurs intact, primitif et sauvage.

http://maximedaviron.com/

Dylan Bouchet: "Sur les terres de Déesse Cérastes"

Cette série est pour Dylan, l’occasion de faire connaître des espèces peu connues et souvent craintes, parfois à tort. Il aime jouer avec le ressenti, les émotions qu’on peut faire vivre à travers la photographie.
Les photos en plan serré permettent au spectateur d’imaginer le point de vue du reptile ... ou de sa proie.
Ce genre d’image met en évidence la force, l’évolution, ou encore la prestance de ces animaux.
Inversement, les plans larges permettent, eux, de s’imaginer le monde, l’environnement dans lequel ils évoluent. Ces images-là vont surtout nous montrer l’envers du décor, nous faire prendre conscience du caractère éprouvant de la vie dans ces contrées, à la vulnérabilité de tout ce qui y vit.
De ce fait, on peut passer d’une photo où l’on se dit que le sujet est effrayant, qu’il a un regard dur, qu’il vient d’un autre temps, ... à une autre photo de la même espèce où l’on va, cette fois, être percuté par la fragilité de cette espèce face à son milieu.

https://www.naturaclic.fr/

Gilles Duperron: « CALLIGRAPHIE , voyage autour des courbes et lignes"

L’aventure d’une fourmi dessinant son chemin au fil de ses pérégrinations.
Des chemins simples aux plus complexes, écrivant malgré elle sa route, faite et refaite maintes fois. Explorant chaque croisement, intersection, sans relâche, elle parcourt d’avant en arrière les écritures de sa quête.
N’ayant de cesse, telle une écrivaine, cherchant dans les dessins et les mots parcourus, une pitance pour sa colonie.
Mais celle-ci est une artiste, parcourant les volutes et circonspections des chemins parcourus, s’attardant de ci de là, sans chercher au plus simple, bien au contraire, laissant son esprit créer des parcours aux allures calligraphiques ; comme un message à transmettre à ceux qui la suivrait.
Raconter son voyage, juste par son itinéraire… et son imagination.

http://gillesduperron.free.fr/index.html

Marc Bidoul: "Douceur au bord de l'Ain"

« L’Ain, rivière parfois sauvage, parfois timide, parfois tumultueuse mais toujours belle et pleine de vie. Bordée de nature sauvage et de plages de galets, nous venons te rendre visite dès les premières chaleurs pour cette fraîcheur, ces paysages et ces instants de bonheurs que tu nous offres.
Mais ce que j’aime aussi chez toi, c’est ce que tu m’offres lors de mes visites matinales.
J’aime venir t’écouter, j’aime sentir cette odeur qui monte des herbes hautes et des petits buissons qui te bordent, j’aime écouter les insectes et les oiseaux qui s’éveillent, j’aime observer ce soleil qui se lève avec cette couleur unique que seule l’aube peut nous offrir.
C’est lors de ce moment précieux, entre la nuit et le jour, que je me permets d’aller à la rencontre de tes résidents qui, pour certains, sont déjà bien affairés tandis que d’autres attendent encore les rayons du soleil pour pouvoir commencer leur journée.
Instants éphémères, instants de bonheurs que je renouvelle à chaque visite.
Pour tout cela : merci.»

https://www.marcbidoul-nature.fr

Jérôme Obiols: "DE ROC EN CIMES"

DE ROCS EN CIMES est une quête, celle d’aiguilles et de pics à la verticalité prodigieuse, de pentes dantesques et de sommets emblématiques dans les massifs alpins, où Jérôme puise mon inspiration, comme celui du Mont-Blanc ou encore des Écrins. La montagne se dévoile ici sous un regard particulier, dans un équilibre subtil entre la fragilité et la force, l’élégance et l’austérité. Il a longuement guetté les moments précieux où les nuages et la lumière, ricochant de rocs en cimes, s’unissent au minéral pour créer des atmosphères puissantes et oniriques, d’une beauté saisissante.
Être là, à contempler ces instants, sur les balcons du monde, est une émotion indescriptible. Le choix de photographier tous ces paysages en noir et blanc s’est naturellement imposé à Jérôme. Il voulait accéder à l’essence même des lieux, sans fard ni artifices, pour témoigner d’une montagne à l’état brut, authentique, qui ne cherche ni à plaire ni à séduire. La montagne, telle qu’en elle-même, originelle, la montagne éternelle.

https://jeromeobiols.com/

Sylvain Clapot: "Brumes alpines"

Brumes alpines est une synthèse de plusieurs années de recherche de ces ambiances qui entourent de mystère et de magie les cimes alpines. Mers de nuages au crépuscule, poses longues qui transforment les Alpes en un immense archipel, déversoir, quiétude nocturne ou encore brumes post-orages sont autant de facettes peu banales de la
montagne que Sylvain souhaitait exposer au public.

http://www.figedansletemps.com/

Cédric Seguin: "Rêves d'Orchidées" 

Cette exposition présente une série de photographies mettant en valeur plusieurs espèces d’orchidées sauvages française. Certaines de ces images sont très épurées pour mettre en valeur le sujet tandis que d’autres utilisent les éléments alentours pour donner des ambiances plus graphiques, parfois poétiques à ces fleurs.

http://cedricseguin.com/

Allan L'héritier: "Un hiver en Chartreuse"

Depuis il n'a cessé de voyager encore et toujours autour du monde seul avec pour unique compagnon son appareil. Que ce soit en mode routard, auto-stop, bus et même dormir dans la rue, il aime lors de ses déplacements saisir ces moments où il ne semble rien se passer mais qui pourtant retiennent toute son attention. Il aime en particulier aller là où les routes ne sont plus inscrites sur les cartes, les grands espaces. N’hésitant pas à partir sur plusieurs jours seul en autonomie complète.

Mais cette fois c'est a domicile qu'il joue, à deux pas de chez lui, en Chartreuse. Une série d'image hivernale, sa saison préférée dans ce massif. Des images parfois difficiles à capturer ou au contraire facile via les nombreux accès routiers du massif.

Une des questions qui revient souvent pour les photographes de paysage de montagne est celle-ci : « Est-ce la montagne qui vous a mené à faire de la photo ou la photo qui vous a mené à aller en montagne ? », sa réponse est presque sans appel, c’est vraiment la photo qui le motive à partir plusieurs jours en montagne ou gravir un sommet. Sans la photo il ferait surement moins de randonnées. En résumé le voyage l’a mené vers la photo, et la photo l’a mené vers la montagne….

http://www.allanlheritier.com/fr/accueil.html

CCO - Chartrousins Chasseurs d'Orages

Yann Michallat-Farinaz et Mathieu Boussey, tous 2 chartrousins, passionnés de photographie et surtout amis d'enfance, se sont trouvés un hobby commun qu'est la photographie d'orage.

L’histoire débuta en 2015, sur un coup de tête, lors d'un orage frôlant notre vallée. Partis un soir dans le but de s'essayer à cette pratique sans réellement avoir les connaissances requises pour la prise de vue d'un orage, ils ont pu immortaliser la foudre. Ce qui leur a déclenché une véritable admiration et un respect à cette force de la nature.

En 2016, le collectif CCO chasseurs d'orages( Chartrousins Chasseurs d’Orage) est né. Celui-ci a pour but de partager non seulement les photos des traques orageuses, en et hors Chartreuse, mais aussi et surtout de vous faire vivre en live leurs chasses, grâce aux réseaux sociaux, comme Facebook, Instagram, ou Twitter.

Le but de ce partage est non seulement de montrer la beauté de l’orage et de ses phénomènes, mais aussi de sensibiliser à ce sujet. En effet, le danger est évidemment présent mais souvent mal interprété.

https://ccochartreuse.wixsite.com/ccochartreuse